Crocus est un genre botanique de la famille des Iridaceae. Il montre les caractéristiques typiques des Liliatae. Plus de 400 espèces, sous-espèces, variétés et formes ont été décrites. La floraison est de couleur très variable à diverses périodes de l’année. Une seule espèce est considérée comme source de safran: Crocus sativus L.

Botanique et Culture

Comme indiqué par son nom “sativus”, cette espèce pérenne est exclusivement issue de culture. It est stérile. Sa multiplication végétative est propagée par des cormes. La culture du safran a été réalisée dans toutes les régions du bassin méditerranéen essentiellement orientales. La principale région de culture a toujours été et demeure la Perse. Avec l’extension de l’Islam au Moyen Age le safran a suivi le courant des migrations, que ce soit en Espagne ou en Autriche. Aujourd’hui plus de 200 tonnes de stigmates de safran sont produites annuellement. L’immense majorité de cette production provient du Grand Khorasan. Une petite production existe en Inde, en Grèce, au Maroc et en Espagne. La production des autres pays producteurs est confidentielle. Des pays où le safran a été cultivé jadis reconsidèrent aujourd’hui la réintroduction de la production du safran.

Uses

Cependant le majeur problème pour la production de safran demeure les coûts de main d’œuvre. Bien que le safran soit l’épice la plus chère, les grandes différences en coûts de travail ont mené à un déclin rapide de la production de safran dans les pays occidentaux. Avec les prix de safran actuellement particulièrement élevés la production devient économiquement réalisables dans certains pays de l’Europe et d’Asie – mais il est impératif que la qualité soit au moins similaire que celle produite depuis des millénaires dans le Khorasan.

Le Crocus sativus est une plante médicinale très ancienne, mais aussi depuis quelques siècles une épice de qualité. Ce sont les stigmates rouges du Crocus sativus qui donnent, après déshydratation, le safran. L’utilisation du safran contre diverses problèmes physiologiques et maladies a été largement documentée dans les ouvrages anciens méditerranéens, perses et arabes depuis plusieurs millénaires. L’intérêt a toujours été soutenu : même aujourd’hui, de nombreuses recherches portent sur le safran, en utilisant de moyens analytiques modernes et des méthodes de recherches cliniques et pharmacologiques, confirmant l’utilisation traditionnelle du safran.

On a attribué au safran de nombreux effets. Les utilisations traditionnelles sont les suivantes, sans pour autant être exhaustives:

  •     L’équilibre émotionnel: Même aujourd’hui des préparations de safran sont utilisés traditionnellement pour l’amélioration du bien-être et de l’humeur. En Perse les gens dissent qu’une coupe de thé de safran apporte la joie de vivre.
  •     Inflammations et infections des yeux : L’utilisation du safran pour cette affection était connue depuis l’époque égyptienne et l’antiquité grecque.
  •     Stimulation de circulation sanguine
  •     Effets stimulants et aphrodisiaques, prévention de l’éjaculation précoce
  •     Traitement complémentaire de diverses formes de cancer

Toutes ces propriétés traditionelles ont été confirmées par les recherches cliniques et pharmacologiques récentes:

  •     Effets antidépresseurs : Un extrait de safran a permis de démontrer des effets antidépresseurs au travers d’études cliniques contre placébo et molécules de synthèse antidépresseurs (fluoxétine et imipramine), sans en avoir les effets secondaires.
  •     Effets anti-inflammatoires in vivo
  •     Des effets sur le taux du cholestérol sanguin in vivo
  •     Des effets stimulants potentiellement aphrodisiaques ont fait l’objet d’études in vivo sur plusieurs molécules du safran.
  •     Les propriétés chimiopréventives in vivo et tumoricides in vitro on été démontrés dans plusieurs modèles. Les extraits de safran s’avèrent non toxiques sur les cellules saines, mais sélectivement cytotoxiques pour les cellules cancéreuses.

Le safran est présenté sous diverses formes. En Perse et les pays de la méditerranée de nombreuses sortes d’aliments sont parfumés au safran, tels que le riz, le beurre, le fromage, les plats cuisinés, divers pains, les pâtisseries, des sucreries et de nombreuses boissons.

Sécurité

Le safran est considéré comme très sûr, même dans des hautes doses supérieures à 1,5g par jour. Occasionnellement certaines citations notent une toxicité qui est en fait dû à l’ingestion de « safran des champs » = Colchicum autumnale qui est en réalité une plante toxique.

La dose habituellement préconisée pour l’amélioration de l’état dépressif est approximativement de 30mg par jour. Aucun effet secondaire n’est connu avec cette posologie.

Falsifications

Saffron stigmas

Compte tenu du prix extrêmement élevé de la matière première, les falsifications ont toujours été un problème majeur pour la qualité du safran. Les adultérations typiques utilisent de nombreuses fleurs ou parties coupées, comme Calendula officinalis L. Carthamus tinctorius L., Onopordon acanthium L., Cynara cardunculus L., Zea mays (the stigmates), Crocosmia aurea POPPE ex HOOK (Safran du cape), Arnica montana L., Scolymus hispanicus L., Papaver rhoeas L., Punica granatum L., Sutera atropurpurea, Crocosmia crocosmiflora LEMOINE, radicelles de diverses espèces d’Allium (Allium schoenoprasum, Allium porrum L.), les épluchures d’oignons, de la poudre de poivrons, des parties coupées et séchées de plantes succulentes, de la poudre de bois de santal ou campeche, ou la poudre de Curcuma.

Ces adultérants sont parfois introduits par des procédés industriels. On trouve parfois des adultérants d’origine animale –fibres de gélatine, fibres de viande séchée ou salée, ou d’origine synthétique et même des bandes de papier.

Pour accroitre le poids de la matière, l’eau, divers sirops, du glycérol, du miel, diverses huiles, sont utilisés . De la poudre de lycopodium est alors ajouté pour éviter que les stigmates se collent entre eux.

Il a aussi été trouvé des sels inorganiques tels du carbonate de calcium, du sulphate de barium, de sulphate de magnesium, du nitrate de potassium, du carbonate de potassium ou du borax. Parfois du safran pré extrait a meme été proposé à la vente.

Ces adultérations sont seulement possibles lorsque la matière n’est pas entourée de toutes les garanties apportées par la traceabilité. Seule celle ci permet d’assurer la meilleure qualité depuis la culture jusqu’à la production de l’extrait final.

Nos activités sur le safran

Malgré la longue tradition de l’utilisation du safran et l’abondance de travaux de terrain sur les techniques de cultures, peu de recherches ont été réalisées sur la variabilité des divers chémotypes pourtant isolés de longue date par la tradition.

Notre projet de screening et de culture a été consécutif à l’observation de la fréquence des falsifications et l'opacité des circuits de commerce. Notre initiative et notre travail consistent au criblage des qualités locales de diverses origines définies. Parallèlement, nous avons évalué l'incidence des divers paramètres de la culture, de la collecte et des techniques de déshydratation sur la qualité globale du safran, évaluée par la composition phytochimique. Les techniques développées en interne nous permettent d'optimaliser les conditions de culture pour obtenir la meilleure concentration pour la majorité des actifs recherchés: safranal et/ou crocine.

Nous intervenons actuellement auprès de producteurs de safran dans plusieurs pays dans des projets pour établir des cultures de safran avec de hauts standards de qualité, et selon le respect des règles définies dans la directive de l'OMS relative aux bonnes pratiques agricoles et les pratiques de collecte (GACP), ainsi que les principes de la culture organique.

Culture de Crocus sativus

Nous développons en interne des techniques d’extractions (liquides et divers extraits secs) ainsi que des formulations galéniques pour des applications spécifiques.

Pour plus d’informations sur nos extraits de safran, contactez nous contactez nous.

La plupart des programmes de R&D sur Crocus sativus sont réalisés en collaboration entre Georges Betti (Medicinal & Aromatic Plants R&D) et le Dr. Mathias Schmidt (Herbresearch Germany).

Études de cultures et de paramètres de qualité

  • Etudes sur de nombreux cultivars en relation avec les propriétés mises en exergue par Avicenne.
  • Analyse de stigmates des cultivars d’origine Tibet, Inde (Cachemire & Ladakh), Pakistan, Afghanistan, Turkménistan, Azerbaidjan, Iran (nombreuses zones), Iraq, Arménie, Turquie, Chypre, Liban, Syrie, Jordanie, Yémen, Grèce, Italie, Espagne, Maroc, France.
  • Etudes agronomiques pour déterminer l’incidence qualitative (actifs) et la biomasse.
  • Cultures réalisées selon le guideline GACP préconisé par la WHO.
  • Mises en culture expérimentales BIO en Arménie (2010) & planification en Jordanie (2011). Suivi qualitatif.
  • Mise en culture semi industrielle dans le Kurdistan iranien. Suivi qualitatif pour un produit de haute qualité BIO.
  • Etablissement d’une banque génétique planifiée.
  • Etudes abouties sur la variabilité de la composition chimique en relation avec la déshydratation des stigmates.
  • Développement d’une technique d’analyse permettant de déceler la contamination (falsification) des extraits par des molécules de synthèse.
  • R&D sur les métabolites secondaires en vue de confirmer la traceabilité et les origines de la matière première.
  • Programmes de formation destinés aux groupements de safraniers en Europe dans le cadre de l’UESS (Université Européenne des Saveurs & Senteurs).
  • Suivi qualitatif de producteurs (France, Maroc, Arménie, Iran, Afghanistan, Cachemire).

crocus_sativus_3

 

Études d'extraction

  • Programme de développement de diverses techniques d’extractions (R&D Extrait aqueux & sec).
  • Recherche sur la concentration des divers composants actifs.
  • Aboutissement à une technique d’extraction mettant en œuvre la variabilité des ratios hydro-éthanoliques.
  • Tests d’extraction au CO2 supercritique de diverses parties du végétal.
  • Recherche de valorisation des sous produits (styles, pétales, pollen).
  • Tests d’amélioration qualitative et des rendements par divers process ultrasoniques pilotes.
  • Mise au point d'une technique de la transformation enzymatique de la picrocrocine en safranal.
  • Dépôt INPI de Saffron’Extr®.
  • Travaux sur les diverses crocusatines et les techniques d’isolation pour une utilisation d’actifs en cosmétique.
  • Programmes de recherche in situ sur les stigmates, les styles, le pollen & les pétales frais.
  • Extractions sur la matière fraiche de diverses parties de la plante.
  • Corrélations entre la norme ISO 3632 (spectrophotométrie) et les méthodes d’analyses HPLC pour quantifier des actifs. Programme en développement en 2011.
  • Tests de stabilité & de vieillissement de divers extraits en corrélation avec la température.
  • Possibilité de réaliser un marquage isotopique pour garantir l’intégrité de l’extrait livré.
  • Nombreuses formules galéniques adaptées pour des utilisations pharmaceutiques, agro-alimentaires, compléments alimentaires & cosmétiques.

 

safran dscn2638_150

 

Études de pharmacologie et effets cliniques

  • Compilation bibliographique sur les diverses études antidépresseur, stimulantes.
  • Etude des propriétés & et de l’activité pharmacologique de Saffron’Extr®.
  • Etudes sur la relation dépressive du SPM. Etude clinique en cours au Liban (2011).
  • Etudes de toxicité sur des lignées de cellules infectées (cancer). Programme initialisé en 2008 et développé en 2011 avec l’Université de Ouagadougou.
  • Enregistrement en cours en RSA et pour les marchés de la zone SADC (2011).
  • Développement d’un CTD (Common Technical Document) planifié.

Publications

  • G. Betti, M. Schmidt: Valorisation of Saffron. In: A. Koocheki, M. Nassiri, R. Ghorbanim (Hrsg.): Proceedings of the Second International Symposium on Saffron Biology and Technology. Acta Horticulturae No. 739. International Society for Horticultural Science, Gent (Belgium) (2007).
  • M. Schmidt, G. Betti, A. Hensel: Saffron in phytotherapy: Pharmacology and clinical uses. Wiener Med. Wschr. 157(13): 315-319 (2007).

Oral presentations

  • M. Schmidt: Valorisation of saffron (Crocus sativus). 2nd International Symposium on Saffron Biology and Technology, Mashhad (Iran), 28.-30. Oktober 2006.
  • M. Schmidt: Préparations à base de safran dans l’application clinique: Effets antidépresseurs et stimulants. 9ème Symposium International d’Aromathérapie et Plantes Médicinales, Grasse (France), 17. March 2007.
  • M. Schmidt: Le safran: Effet antidépressif et autres. 26èmes Journées Internationales des Huiles Essentielles et Extraits, Digne les Bains (France),14. September 2007.
  • M. Schmidt: Major constraints for trading herbs in the EU: Saffron as a cash crop with potential on the EU markets. International Buyer/Seller Meet on Herbal and Medicinal Plants. New Delhi (India), 28. Oktober 2007.
  • G. Betti: Development of saffron preparations adapted to their medical uses. International symposium on saffron: A herbal medicine of the 3rd Millenium. Mashhad (Iran), 13.-14. May 2009.

Quality saffron extract is available from Eusano