Actuellement, deux plantes médicinales à la longue utilisation traditionnelle, conquièrent les marchés occidentaux : le Safran, stigmates de Crocus sativus et Hoodia sp., une Asclépiadacée d’Afrique du Sud ressemblant un cactus. Le safran était déjà grandement apprécié par les autorités médicales arabes, perses, romaines, grecques pour ses propriétés cardiotoniques, anti inflammatoires, hépatiques, stimulantes et aphrodisiaques. Dans la recherche pharmaceutique moderne , les effets adaptogènes, anti dépresseurs et anti cancéreux ont été mis en évidence.

L’Hoodia connaît une longue tradition dans les sociétés Bushman du Kalahari, qui utilisaient la tige de l’Hoodia comme source d’eau mais aussi pour couper l’envie de faim. Les tests phytochimiques et pharmacologiques ont conduit à la découverte d’une fraction de saponines triterpènes à l’effet coupe faim important qui font des préparations à base d’Hoodia un outil innovant et prometteur dans le traitement de l’obésité, du diabète type II, et de surpoids en relation avec les problèmes cardio vasculaires (par exemple le syndrome métabolique).

Bien que l’utilisation des préparations d’Hoodia soit protégée par un brevet américain dans de nombreux pays, les marchés gris sontcrocus_sativus_4_saffron_raw inondés d’Hoodia d’une qualité discutable. L’Hoodia et le safran sont des matières très onéreuses et relativement rares, ce qui favorise grandement les falsifications. La situation actuelle n’encourage pas l’usage systématique de matière première non contrôlée, principalement depuis que les résultats scientifiques obtenus avec cette matière ne peuvent être reproductibles.

Une simple solution pour rendre la valeur d’une expérience de médecine traditionnelle possible pour la science et la médecine moderne est de suivre les directives de la WHO « Good Agricultural and Collection Practice (GACP), et d’établir une traçabilité totale de la matière première.

crocus_sativus_2_on_fieldsNotre programme international de recherche porte sur le screening de cultivars adaptés aux besoins et de culture contrôlée ainsi que la recherche clinique, phytochimique et pharmacologique portant sur les deux plantes. Cela comprend aussi un développement galénique des extraits.

Charger: Symposium on Medicinal Plant Research, Amman (Jordanien), 16-18 Novembre 2005

 

thymus_vulgaris_1La qualité et la sûreté sont non seulement les questions clés pour les drogues autorisées, mais également pour les compléments alimentaires, particulièrement quand ceux-ci sont produits à partir de matières premières d’origine végétale.

De nouvelles directives affectant la collecte de ces matières premières végétales sont actuellement mises en application dans les pays de la CE. Les directives de la CE 178/2002/EC et NTA vol. 2B ed. de juillet 2003 règlent la traçabilité des matières premières pour l'usage alimentaire et des drogue végétales. La directive "bonne pratique agricole et de collecte" (Good agricultural and collection practice, GACP) de la WHO définit les règles par lesquelles la matière première devrait être collectée. Les deux directives, traçabilité et collecte devraient conduire à montrer une totale transparence de la chaîne entière de production de la plupart des matières premières, depuis la plante jusqu’au produit fini.

Jusqu'ici nous sommes dans la théorie pure. Dans la pratique, la plupart des matières premières sont encore collectées et transformées sans rigueur et dans des conditions complètement incontrôlables. Le risque de falsification est non seulement une question de fraude économique, mais il est directement lié à la sécurité d’utilisation du produit. Même si une plante donnée peut être considérée comme sûre, les adultérants peuvent ne pas être inoffensifs.

Correctement appliquée, la directive de la WHO GACP atteint les objectifs suivants:

• Identification botanique non ambigüe des plantes
• Sélection des cultivars en fonction que l'utilisation finale
• Danger minimisé d'adultérations, et ainsi de toxicité accidentelle
• Amélioration de la reproductibilité des effets cliniques de produits phyto
• Protection de l'environnement.

Nous présentons si après deux exemples pour l'amélioration de la qualité et de la sécurité des plantes: le safran et l’Hoodia.

crocus_sativus_3Le safran est une des épices et plantes médicinales les plus chères existantes. Cette situation a incité un comportement frauduleux depuis l'antiquité. Les falsifications typiques sont de petites bandes de papier rouge colorées, des fibres de la viande sèche, des bandes des colorants d'aniline, des fleurs coupées de Calendula ou de toute autre espèce rouge ou orange, ou même les stigmates de safran pré-extraits et re-séchés. Dans une étude récente de la direction générale de la répression des fraudes, 102 échantillons de safran commercial ont été examinés. De ces 102 échantillons, 85 (correspondant à 83.3 %!) se sont avérés être falsifiés. Cette situation est susceptible d'avoir des conséquences pour la sécurité d’utilisation.

Notre activité était ciblée sur la sélection de cultivars de rendement élevé en actifs selon les besoins des producteurs de produits de safran. Nous avons sélectionné ces cultivars optimisés pour divers usages (par exemple, antidépresseur ou chimiopréventif), et réalisé des programmes de recherche agronomiques sur l'optimisation de la propagation du Crocus en question jusqu’à la période optimale pour la collecte.

Nous avons établi une production de safran conforme au GMP garantissant une traçabilité totale de production avec un contrôle analytique total. Tout récemment, nous avons développé un extrait liquide standardisé et des méthodes pour la transformation en extrait secs, y inclus des tests de stabilité. Nous avons initialisé un programme de recherche pharmacologique et phytochimique sur le safran.

hoodia_gordonii_1L'Hoodia gordonii est une plante indigène d'Afrique australe. Son aspect rappelle un cactus, alors qu’elle est en fait, une espèce succulente de la famille des Asclépiadaceae.

Récemment, l’Hoodia a retenu l’attention mondiale par la découverte des effets réducteurs d'appétit. Le boom important de l'Hoodia a rapidement mené la plante au bord de l'extinction par une collecte sauvage destructive et massive menée sans discernement. Avec la raréfaction sont apparues les falsifications. Un pourcentage énorme de produits actuellement sur le marché est frelaté, particulièrement aux Etats-Unis, où des ajouts de poudre à bas prix d'Opuntia ont été trouvées dans des produits d'Hoodia, à côté d’autres produits de remplacements indéfinis.

La solution évidente a consisté en la mise en culture contrôlée d’Hoodia, ce qui n'est pas une tâche facile. De plus, la croissance lente de la plante justifie une bonne planification à l'avance.

Nous avons déjà atteints les buts suivants:

  • L'implémentation d'une culture contrôlée du safran et de l'Hoodia avec une traçabilité totale
  • Le développement de diverses formes de galénique d'extrait de safran
  • L'initiation d'un screening botanique et phytochimique de genres parentés et des cultivars de safran et d'Hoodia
  • Des tests de stabilité pour l'extrait de safran
  • Des méthodes de traitement antibactérien sans utilisation de gaz ou d'irradiation.

Nous préparons actuellement des tests pharmacologiques du safran et de nouveaux standards analytiques pour l'Hoodia.